Twitter

accueil > Actualités > Agenda > Détail

Vieillir et vivre ensemble dans une société marquée par le numérique

5 juin 2020, Marseille – EHPAD Les Jardins d’Haïti

Colloque organisé par l’IGS (Institut de Gérontologie Sociale), AGIS (Association des Gérontologues Ingénieurs Sociaux) et leurs nombreux partenaires.

« Vivre ensemble ; tout un programme que ce soit à deux ou à plusieurs. L’être humain est certes habité par l’instinct grégaire mais s’il ne supporte pas la solitude, il ne supporte pas pour autant toujours, les autres. Certains peuples ont coutume de vivre collés les uns aux autres, d’autres, beaucoup moins nombreux, se plaignent facilement de la promiscuité mais n’en sont pas moins en recherche des autres. En fait toute la difficulté est d’être soi avec les autres sans que les autres soient trop présents. C’est là une contradiction à gérer qui ouvre la réflexion sur le vivre ensemble. Dans ce contexte contradictoire et face à la montée des individualismes, des corporatismes de toutes sortes comme des communautarismes porteurs parfois de la haine de l’autre, des voix de plus en plus nombreuses s’élèvent pour appeler à la conscience de ceux qui nous entourent ; ceci dans un monde parcellaire où les moyens de communications et d’échanges si puissants soient-ils, contribuent à l’isolement social et physique (tous écrans confondus) des individus.
… Comment peut-on passer d’une vie à deux ou seul(e) dans un appartement ou une maison que l’on habite depuis 20 ans, 30 ans voire plus, à une chambre dans un EHPAD ? Comment se comporter avec autrui au sein d’une structure où cohabitent des personnes souvent très âgées, certaines porteuses de pathologies chroniques à caractère pré-démentiel, d’autres simplement à bout de souffle ?
… Vivre c’est échanger et communiquer autour de thèmes aussi variés mais centraux que le désir, la nourriture prise ensemble, l’habitat et le lien social, l’intergénération au quotidien pour ce qu’elle produit de transferts des jeunes vers les moins jeunes comme des moins jeunes vers les jeunes, etc...Vieillir c’est vivre et vivre c’est également s’insérer au sein d’une société en pleine révolution numérique qui ne s’attarde pas forcément sur les personnes vieillissantes ayant raté le train en marche de l’informatisation des échanges et des démarches administratives ou autres (voyages etc...). Ceci soulève la question de l’exclusion/inclusion sociale des individus âgés au sein des sociétés dites modernes. Ainsi, comment préserver ces espaces d’échanges tout en maintenant le lien social entre les personnes quel que soit leur âge, leur état de santé, leur autonomie, leur habitat (domicile ou EHPAD), leur situation matrimoniale (veuf(ve), en couple, célibataire) ? Dans ces contextes d’habitats différents (domicile ou EHPAD), quel rôle jouent les aidants familiaux dans l’organisation d’échanges visant à permettre la continuité de la vie sociale de leurs parents âgés ? Plus globalement comment créer si elles n’existent pas ou plus, des aires de convivialité autour des thèmes centraux précédemment évoqués ? Tout ceci se pose également en termes de projection dans ce qui constitue, compte tenu de l’évolution rapide des technologies numériques, notre environnement immédiat ; celui de demain qui sera très rapidement notre présent. Dans ce contexte iconoclaste ceci nous renvoie à ce que l’on nomme la Silveréconomie d’une part et à la Smart City ou ville intelligente, d’autre part.
… Il y a des efforts à faire pour progresser. Ainsi, la dimension "inclusive" de la smart city déborde largement le cadre simple de la disponibilité des technologies ou des moyens pour les mettre en place. Nous ne pourrons raisonnablement progresser dans l’atteinte d’objectifs ambitieux qu’au prix d’efforts. Tout d’abord, des efforts relatifs à l’acceptation des technologies dont nous devons améliorer la compréhension pour établir un statut de confiance avec les usagers des services de la ville dans une démarche d’instruction des individus pour qu’ils se sentent moins vulnérables face au numérique. Ensuite, des efforts sur la transformation des organisations opérationnelles des milieux urbains qui, jusqu’à présent, ont intégré le numérique comme un outil de support des activités courantes ; il faut repenser leurs modalités en silos et replacer l’usager au cœur des dispositifs en lieu et place de "l’objet" ville lui-même. Enfin, des efforts concernant la reconsidération du numérique dans son potentiel réel de créateur d’économies de fonctionnement, de réducteur des inégalités et de créateur d’attractivité ; il faut revaloriser la fonction numérique dans ce qu’elle a de potentiel en matière de création de valeur. Il est curieux de constater que la racine étymologique du mot inclusion vient du latin inclusio qui signifiait enfermement. Il faut prendre garde à certaines expressions qui nous enferment dans une vision trop étroite et techniciste. Si les technologies du numérique ont un rôle incontestable à jouer dans nos villes dès aujourd’hui, il ne faut pas sous-estimer le poids conjugué de l’histoire, des cycles de vies de la ville et de la place centrale qu’occupe l’humain dans l’évolution des univers urbains que nous connaissons. Au-delà des habituelles critiques faciles de la lenteur de nos institutions, se trouvent cachées des réalités extrêmement disparates qui constituent l’identité spécifique de chaque groupe urbain. L’ensemble de ces développements interpelle la question-titre de ce colloque 2020. »

igs-marseille@wanadoo.fr

En savoir plus…

Contact : IGS, BP 50 002, 148 rue Paradis, 13251 Marseille cedex 20 – Tél : 04 91 37 03 79.

Dernière mise à jour le 03/03/2020

accueil > Actualités > Agenda > Détail

Agenda

Vous avez une information à diffuser ?

N'hésitez pas à nous contacter pour nous communiquer une information qui entrerait dans le cadre de cette rubrique.

Pour consulter nos fichiers PDF, vous devez disposer d'Acrobat Reader disponible gratuitement en téléchargement.


© CREAI Provence Alpes Côte d'Azur et Corse - Mentions légales - Nous contacter - Crédits